Autobiographie-d-une-courgetteOuvrir un livre de Gilles Paris, c'est plonger dans un univers enfantin, tout doux, tout naïf et toujours, toujours se prendre une claque...J'avais littéralement adoré Au Pays des kangourous, je me suis lancée dans Autobiographie d'une Courgette. Tout d'abord notons les titres de l'auteur qui ne nous permettent pas en première lecture de savoir ce qui se cache en dessous et rien que cela, c'est chouette.

Courgette, c'est le surnom d'Icare, le narrateur. Icare a 10 ans, vit avec sa maman et veut tuer le ciel car les nuages ne pissent que du malheur et tous les hommes ont la tête dans les nuages. En voulant tuer le ciel, Courgette tue sa maman accidentellement...sa maman qui buvait des bières, parlait à la télé pour s'adresser à lui et voulait toujours lui mettre la raclée...Il se retrouve alors dans une maison d'accueil pour mineurs et on y découvre les histoires difficiles de ces mômes que la vie n'a pas épargnés et qui essaient de se reconstruire et tout cela sous la plume et la vision d'Icare.

Difficile d'être un narrateur-enfant mais c'est vraiment le talent de Gilles Paris qui nous fait oublier qu'il s'agit bien d'une grande personne qui écrit derrière. A travers Icare, critique est faite des adultes (les meilleures passages selon moi). J'ai beaucoup aimé le personnage de Rosy car chapeau à ces gens qui existent réellement et donnent leur vie, nuit et jour, à ces enfants qui ont vécu des choses atroces. Rosy est pleine d'amour. Courgette est touchant, pose pleins de questions, tombe amoureux, fait l'apprentissage de la vie, bref une jolie histoire...peut-être un peu trop jolie et cela a un peu manqué de rebondissement selon moi, ce qui fait que je préfère toujours Au pays des kangourous. Néanmoins, Gilles Paris reste un de mes auteurs chouchou et je vais me lancer dans l'été des lucioles, son dernier roman, sous peu. Merci Gilles de nous faire vibrer sous votre plume d'enfant...

Au fil des pages, quelques passages...

"Les enfants n'ont pas choisi d'avoir un père cambrioleur ou pire, et pourtant c'est toujours eux qui payent les pots cassés. Je me demande pourquoi le papa va en prison pour des pots cassés"

"Camille dit que la sorcière lui dit tout le temps que (...) le bon Dieu ne l'aime pas à cause de son père qui buvait et de sa "Marie couche-toi-là de mère"(..) J'ai répondu à Camille que la sorcière disait n'importe quoi vu que la copine au bon Dieu elle se couche là où elle peut, vu qu'y a pas de lits dans l'église. Camille dit que de toute façon sa maman s'appelait Françoise et pas Marie..."

"Les adultes, des fois, ça dit des trucs stupides à cause de la peur qui leur dévore le coeur. Ils feraient mieux d'écouter le silence. On finirait par croire que les enfants sont super débiles et qu'ils n'ont qu'une envie : se percer la gorge avec une sucette, ou se casser le cou à bicyclette, ou les jambes et les bras en descendant les escaliers, ou avaler de l'eau de Javel parce que ça change du Coca."

"Les grandes personnes faut toujours que ça soit demain. C'est énervant à la fin"