Le blog reprend un peu vie après 3 semaines de vacances. Mais si je n'ai pas écrit, cela ne signifie pas que je n'ai pas lu, évidemment. Du coup je m'invente une nouvelle rubrique "mes vacances avec" pour partager avec vous le bilan de mes lectures estivales. Commençons avec Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat avec leur livre "Et je danse aussi".

Ce roman relate l'échange épistolaire entre Adeline Parmelan & Pierre-Marie Scotto. Pierre-Marie est un écrivain à succès qui traverse une phase dite de la page blanche. Adeline est une de ses lectrices et lui fait parvenir une enveloppe. Tout semble à croire que cette enveloppe contient un manuscrit afin d'avoir l'avis de l'écrivain. Celui-ci s'empresse poliment de lui répondre qu'il ne traite pas ce genre de demande et qu'il va lui retourner par retour postal dès qu'il aura reçu son adresse. Mais Adeline insiste et de là se noue une relation entre les deux personnages. Au travers de ces échanges, ils se découvrent. D'abord l'excuse de cette enveloppe (ouvrira - ouvrira pas) est au centre de leurs échanges puis peu à peu ils se livrent un peu plus : parlez-moi de vous, je vous dirai qui je suis. Chacun dévoile son passé, ses craintes, son état actuel. Peu à peu le lecteur découvre que les liens entre les deux personnages sont plus étroits que la simple lectrice écrivant à un auteur qu'elle aime.

La grande qualité de ce roman réside dans la faculté qu'ont eue les auteurs à rester dans la tonalité de l'email échangé tout en faisant se livrer leurs protagonistes sur leurs vies. J'ai beaucoup aimé la manière dont Pierre-Marie brosse sa vie, ses mariages, les caractères de ses femmes en quelques lignes. J'ai aussi beaucoup apprécié la personnalité d'Adeline, un peu rentre-dedans, un peu fragile aussi. Peu à peu, le roman prend un rythme et on ne le lâche pas pour découvrir toujours plus. On émet des hypothèses, tout comme Pierre-Marie par ailleurs qui identifie rapidement qu'Adeline Parmelan n'est pas une simple lectrice. Si ce roman est majoritairement un échange entre Pierre-Marie et Adeline, quelques autres personnages écrivent eux aussi à Pierre-Marie : un couple d'amis proche, son éditeur, une de ces filles. C'est un roman qui paraît simple et frais...Il l'est mais il cache bien d'autres surprises et sentiments profonds. J'avais entendu les deux auteurs en parler @LGL et Jean-Claude Mourlevat avait évoqué que cette idée lui était venue alors que lui-même était confronté à une panne d'écriture. J'ai aimé cette fragilité aussi. Il m'a manqué un petit quelque chose pour en faire un coup de coeur, peut-être un retournement un peu plus brusque, peut-être un titre faisant davantage écho à ce que j'ai lu mais cela reste un doux roman, profond aussi et parfait pour l'été. Depuis je fais très attention à l'utilisation des mots en majuscule et points de suspension d'ailleurs...(oups!)

L'avis de Noukette, Leiloona...