désirs devasionEt pour le premier mardi du mois d'Octobre chez Stéphie, j'ai eu des désirs d'évasions moi...et vous allez voir un peu, je n'ai pas juste eu envie de soleil mais plutôt de chaleur.

Deuxième recueil de la collection Paulette que je lis dans cet esprit. Décidemment je dois dire que je préfère largement les nouvelles érotiques que les romans à ce stade de mes lectures. C'est toujours intéressant de passer dans un autre univers, avec un autre style d'écriture et de retrouver aussi des plumes. D'abord j'ai bien aimé l'introduction du livre, ce petit rappel sur les femmes Paulette qui vivent et assument ce qu'elles sont. L'écrit d'Alexandrine d'Aumale avec les premières lettres du titre est plein de poésie et de promesses pour le lecteur.

 

 

 

 

Décollage immédiat, Paulette

Et nul ailleurs lointain, nulle frontière ne tient cette

Sirène suave au vent des conquêtes

Insatiable envolée, dévoreuse de demains

Reine, elle chavire ces ports de fêtes

Sillonne un globe ouvert à ses robes et mystères

 

D’un bond, d’un désir, elle s’apprête

Elle lève voile, Paulette, son passeport la projette

Vers ces purs plaisirs à tue-tête

Aventurière d’un monde aux horizons d’azur

Sylphide qui l’ennui rejette

Ils succombent en sa ronde, elle les tient en passion

Odalisque en quête d’Amérique

Nid d’amour au Maroc, en Écosse, au Japon

Sex transit en Russie secrète

 Alexandrine d’Aumale

On commence en douceur et presque romantisme avec Julie Derussy au Maroc, une nouvelle toute simple qui m'a plu, un très bon début de mise en bouche si j'osais le dire.

La nouvelle de Noann Lynn enfonce le clou. Dimitri est un grand séducteur qui va se faire prendre au piège d'une femme, Manoela et celle-ci va venger les amours déçus de bon nombre de ses conquêtes de manière très surprenante. Très honnêtement c'est une nouvelle qui ne m'a pas fait l'effet escompté mais j'ai beaucoup aimé car elle m'a fortement surprise. L'art de la chute est bien mené et c'est une plume que je suivrai avec plaisir.

Julie-Anne de Sé nous emmène en transit dans un aéroport avec une femme russe. Ah le fantasme de l'aéroport, rondement mené ici. Sans surprise mais agréable.

Jerk, que j'avais déjà découvert dans Fantasmes et miroirs a un style bien à lui. Son univers est atypique. Il m'avait manqué une petite chute, une petite surprise la première fois. Là entre univers onirique et réalité, un jeune homme fait une drôle d'expérience. Je n'ai pas vraiment accroché à cette nouvelle même si je salue l'originalité de la mise en scène entre souvenirs de l'ex et scène de sexe.

Ma nouvelle préférée est vraiment celle de Vagant. Dans Déjà-vu on voyage au Japon et on entre dans un univers charnel, un peu cruel et très érotique. C'est une nouvelle que j'ai trouvée très bien écrite, qui m'a surprise, et qui bien su titiller mon imagination. On y retrouve à la fois le désir, la folie d'un jeu et l'érotisme entre douceur et fermeté tel que je pourrai me l'imaginer au Japon (même si je n'y connais rien, soyons clair)

La dernière nouvelle d'Alexandrine d'Aumale dans un château écossais hanté est celle qui construit le plus une histoire. On s'attache aux personnages et au lieu. La plume est maîtrisée et soignée. J'ai personnellement plus de mal avec le délire des anciens hantant le château mais j'ai passé un bon moment dans cette histoire.

Jérôme et Sarah en avaient parlé le mois dernier.

L'avis de Stéphie.

Des nouvelles légères, variées, coquines et bienvenues pour passer un agréable moment. Et en plus ce mois-ci les Collectifs Paulette sont à 0.99€!

 

Mardi-c-est-permis